• C'est quoi ?

               L'ostéopathie se définit comme l'art de diagnostiquer et de traiter les pertes de mobilité articulaire et tissulaire perturbant l'état de santé. C’est une science thérapeutique ne faisant appel à aucun autre outil que la main du praticien et une connaissance approfondie de l'anatomie, de la biomécanique et de la physiologie du corps humain.

                L'ostéopathie sollicite les systèmes d'auto-régulation et d'auto-guérison du corps afin que celui-ci rétablisse son fonctionnement harmonieux.

                 Le fondateur de cette art, le docteur Andrew Taylor Still (1828-1917) a établi les principes qui permettent d'appréhender cette vision holistique du corps humain et des êtres vivants en général :

     

     1.      Le corps est un tout, une unité dans laquelle toutes les régions et systèmes du corps sont liés et interdépendants. Toute perturbation ou dysfonctionnement d'une région du corps aura des répercussions sur la totalité du corps (répercussions locales et à distance).

      

    2.      Le corps a ses propres systèmes d'auto-régulation et d'auto guérison. Notre corps possède tout ce qui lui est nécessaire pour assurer et maintenir l'état de santé. La fluctuation des liquides organiques, et notamment du sang dans l'artère, est fondamentale afin d'établir une homéostasie dans l'ensemble du corps grâce à un système d'équilibre complexe entre l'absorption et l'élimination.

     

    3.     Le concept ostéopathique met en évidence l'unité du corps dans laquelle la structure et la fonction sont mutuellement et réciproquement interdépendantes. La maladie est le résultat d'anomalies anatomiques auxquelles succède le désordre physiologique. Le trouble de la structure modifie directement la fonction.

     

    Les techniques de soins consistent en des manipulations et des mobilisations se concentrant sur l'intégralité de la structure corporelle (os, muscles, articulations, fascias...).

    L'ostéopathie s'intéresse également au style de vie, aux habitudes et à l'environnement global des patients. Elle ne remplace pas la médecine allopathique mais en est un formidable complément en proposant une analyse différente du corps.